Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau Index du Forum
Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau :: 2010-12-14 - MidiLibre : On reparle de la libération de Bissonnet
Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau
Ce forum a été fermé le 9 septembre à la demande des enfants de Jean-Michel Bissonnet - vous pouvez néanmoins continuer à vous inscrire
 
 FAQ  Rechercher  Groupes  Membres  Profil  Se connecter pour vérifier ses messages privés  S’enregistrer  Connexion
2010-12-14 - MidiLibre : On reparle de la libération de Bissonnet

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau Index du Forum -> Le Procès Septembre 2010 -> Revue de presse octobre 2010 ...
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
JFD
Lecture

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juin 2009
Messages: 403
Localisation: Région de Grenoble

MessagePosté le: Mer 15 Déc - 10:47 (2010)    Sujet du message: 2010-12-14 - MidiLibre : On reparle de la libération de Bissonnet Répondre en citant

http://www.midilibre.com/articles/2010/12/14/A-LA-UNE-Nouveaux-debats-sur-l…

Édition du mardi 14 décembre 2010
HéraultOn reparle de la libération de Bissonnet

Jean-Michel Bissonnet est accusé d'avoir organisé l'assassinat de son épouse, le 11 mars 2008 à Castelnau-le-Lez.

« Décidément, l’affaire Bissonnet n’aura pas manqué d’occasionner son lot de surprises ! », s’exclame l’avocat général Bebon. Pour la première fois depuis l’interruption du premier procès, et à trois semaines de l’ouverture du deuxième, la cour d’appel de Montpellier à nouveau examiné hier le sort de Jean-Michel Bissonnet, détenu et accusé d’avoir organisé l’assassinat de sa femme Bernadette.

En l’absence du sexagénaire, resté en cellule, la chambre de l’instruction a refusé le huis-clos demandé par son nouvel avocat montpelliérain, Me Frédéric Vérine. Et a rouvert un débat enrichi par cette première semaine en cour d’assises,

interrompue par la saisie de documents montrant que l’homme d’affaires aurait cherché à susciter un faux témoignage.

« Ces documents montrent combien M. Bissonnet méprise la partie civile, l’avocat que je suis et la manifestation de la vérité », attaque d’emblée Me Abratkiewicz, qui défend le frère de Bernadette, convaincu de la culpabilité de l’accusé. « On vous demande un huis-clos, alors que l’avant-dernier article dans Midi Libre est constitué d’un courrier adressé par Bissonnet qui dit : je suis de retour ! », s’insurge l’avocat, qui s’oppose à cette libération.

Même position pour l’avocat général, qui veut voir l’accusé comparaître détenu. « On a découvert à la dernière audience que Bissonnet était intervenu auprès de tiers pour faire endosser à Amaury d’Harcourt la totalité des responsabilités. Il faut absolument lui interdire d’interve- nir auprès de qui que ce soit. Si vous le libérez, vous compromettez de façon évidente la manifestation de la vérité. » Autre argument : « Je me demande s’il ne demande pas sa liberté uniquement pour fuir au bout du monde et éviter un procès qui s’est mal engagé. »

Ce maintien en détention indigne Me Raphaële Chalié, partie civile pour les enfants Bissonnet et le père de Bernadette, qui dénonce « une forme de jusqu’au-boutisme visant à faire en sorte que Jean-Michel Bissonnet soit entravé jusqu’au bout, y compris dans sa défense ».

Et l’avocate d’exploiter les écoutes téléphoniques remises à l’ouverture de la cour d’assises : « On y entend d’Harcourt en garde à vue qui, appelé sur son portable par sa famille, rigole en disant : “Ne vous inquiétez pas, on est en train de prendre l’apéro avec les gendarmes !” Quelle décontraction ! » Pour elle, « Il faut un traitement égalitaire, et non cet acharnement que ressent mon client ».

Même credo pour le bâtonnier Vérine : « S’il reste en détention, il n’aura pas un procès équitable. » Après la découverte des lettres écrites pour obtenir un faux témoignage, Bissonnet a été privé de son ordinateur. « Sa copie du dossier pénal a été saisie. Il ne peut écouter les CD des écoutes téléphoniques non-retranscrites. Il ne dispose pas des moyens d’assurer sa défense. » Autres éléments : « L’état physique et psychologique de plus en plus délabré » de l’accusé, « qui ne permet pas au procès de se tenir dans des conditions normales ».

Décision mardi prochain, trois jours avant Noël.

François BARRÈRE
_________________
Résistez ! (Marie Durand, Aigues Mortes, la Tour de Constance)
La Justice existe, ne vous laissez pas briser par ses errements


Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau Index du Forum -> Le Procès Septembre 2010 -> Revue de presse octobre 2010 ... Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
affiance theme by sparsely
Traduction par : phpBB-fr.com