Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau Index du Forum
Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau :: 99 11-01-10 - France3 : Audience n°1
Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau
Ce forum a été fermé le 9 septembre à la demande des enfants de Jean-Michel Bissonnet - vous pouvez néanmoins continuer à vous inscrire
 
 FAQ  Rechercher  Groupes  Membres  Profil  Se connecter pour vérifier ses messages privés  S’enregistrer  Connexion
99 11-01-10 - France3 : Audience n°1

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau Index du Forum -> Le Procès Janvier 2011 -> Revue de presse janvier 2011
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
JFD
Lecture

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juin 2009
Messages: 403
Localisation: Région de Grenoble

MessagePosté le: Mar 11 Jan - 17:08 (2011)    Sujet du message: 99 11-01-10 - France3 : Audience n°1 Répondre en citant

http://languedoc-roussillon.france3.fr/proces-bissonnet/index.php?page=arti…

L’audience du 10 janvier L’audience du 10 janvier.

17 h 00 L’audience est suspendue. Les débats reprendront demain mardi à 9 heures.


16 h 50 Quelles écoutes téléphoniques ?
Le président demande aux différentes parties, quelles écoutes téléphoniques elles souhaitent faire entendre durant l’audience. Ce type de diffusion n’était pas possible lors du premier procès

A ce moment Bissonnet sort de sa réserve et parle pour l première fois. Il fait une demande en son nom propre, sans passer par ses défenseurs. Il souhaite entendre les conversations téléphoniques enregistrées entre Maître Bailling et la fille de M. D’Harcourt, Diane et son neveu Jean D’Harcourt.
L’intéressé : l’avocat de d’Harcourt parle d’atteinte au secret professionnel inacceptable. Et il imagine que Bissonnet souhaite ainsi pouvoir rebondir avec force devant le tribunal à l’audition de ces échanges.
Maître Leclerc avocat de Bissonnet estime lui que les gendarmes n’ont pas à écouter la conversation d’un avocat et de la famille de son client. "J’estime intolérable que l’on écoute un avocat " crie-t-il avec force indignation mais je ne vais pas fermé les oreilles de Bissonnet qui a entendu ces conversations, indique-t-il avec la même fureur dans l’instant suivant.
Il s’indigne à nouveau et met en cause les méthodes de la gendarmerie dans cette affaire, promettant d’indiquer au cours du procès d’autres anomalies de l’enquête réalisée par les services de gendarmerie.
Maître Iris Christol avocate de Belkacem s’oppose en tant qu’avocat à la diffusion de ces écoutes à l’audience.

Le président conclut en déclarant : " Je ne serais pas celui qui enfreindra le secret professionnel !"


 16 h 25 L’article de Midi libre
 Maître Leclerc verse comme pièce au dossier, l’article paru la veille du procès dans le journal régional "Midi libre", faisant remarquer que l’équité de procédure n’est pas respectée. Puisque son client, Jean-Michel Bissonnet ne peut, en aucune façon parler à la presse sans avis de la chancellerie. puisqu’il est détenu.

Maître Bailling pour Amaury d’Harcourt indique que dans cet article on ne retrouve rien d’autres que les éléments du premier procès.

15 h 55 Reprise de l’audience et lecture de l’acte d’accusation.
Extraits succints de l’ordonnance de mise en accusation

Le 11 mars 2008 Bernadette Bissonnet est retrouvée morte chez elle, tuée par deux décharges de fusil de chasse. Deux gerbes de plomb, l’une atteignant le corps à l’avant-bras gauche, l’autre en région thoracique droite provoquant des lésions mortelles.


C’est son mari, Jean-Michel qui donne l’alerte, il revient d’une réunion du Rotary et appelle les gendarmes vers 22 h 00. 
Les enquêteurs relèvent la présence d’une serpillère, des traces de sang partiellement effacées et un bout d’ongle.

Le même jour, Amaury d’Harcourt est entendu. Il raconte qu’il a rendu visite au couple vers 16 h 00 puis il est revenu vers 21 h 00 chez les Bissonnet parce qu’il a oublié une veste.



Le 14 mars 2008 Meziane Belkacem est entendu par les gendarmes.
Les enquêteurs remarquent qu’il dissimule sa main gauche dans sa veste pour cacher son pouce blessé.
Belkacem reconnaît avoir tué à la demande de 2 hommes, Bernadette Bissonnet.très vite il implique son patron.


Le 21 mars, Jean-Michel Bissonnet est interpellé à son tour et il conteste toute implication dans l’assassinat de sa femme.
Le 23 mars Méziane Belkacem et JM Bissonnet sont déférés au parquet et mis en examen.

Le 5 mai 2008 : arrestation d’Amaury d’Harcourt qui a jeté l’arme du crime dans le Lez. Il décrit Bissonnet comme le commanditaire de l’assassinat.


L’arme est retrouvée sur les indications du vicomte, d’après le schéma qu’il dessine.

Le 16 juillet M. D’Harcourt est mis en examen puis laissé sous contrôle judiciaire.
D’après les expertises, les empreintes retrouvées sur la serpillère sont celles de Jean-Michel Bissonnet.
L’expertise balistique fait état de deux décharges de fusil chasse de calibre 16
Belkacem et d’Harcourt reconnaissent cette arme dans leurs déclarations.

Quel mobile ?




Jean-Michel Bissonnet dit n’avoir aucun motif pour tuer son épouse.
La bonne entente du couple est confirmée par plusieurs témoins. D’autres, dont le père de la victime, expliquent que le mari et la femme ne s’entendaient plus et que Bissonnet craignait de devoir vendre sa maison en cas de séparation.


L’expertise de l’ordinateur révèle que Jean-Michel Bissonnet se connectait sous le pseudo lefennec sur six sites de rencontres avec des profils y compris masculins. Il est aussi question de sites sadi-masochistes et de vidéos sado-masochistes.

Pour ce qui concerne Amaury d’Harcourt, il n’aurait agi que par amitié. Jean Michel bissonnet parle lui de motifs financiers et de l’impossibilité de rembourser une somme de 15 000 euros prêtée en 2007.





Un scénario d’après les instructions de Bissonnet
Méziane Belkacem et Amaury d’Harcourt expliquent qu’ils ont suivi les instructions de Bissonnet.

-Conduire le véhicule pour justifier la présence d’empreintes
-se présenter au portail vers 20 h 30 ouvrir avec le bip, récupérer l’arme cachée dans le garage
-sonner au portail

-Prétexter l’oublié de son téléphone
-Entrer, tuer vérifier la réaction des voisins, déclencher l’alarme.
-Démonter l’arme sortir avec le véhicule et l’abandonner

D’Harcourt devait ensuite récupérer l’arme.
Le 11 mars ils auraient préparé l’arme tous les trois, dans le garage de Bissonnet




Belkacem dit avoir été informé que le chien serait emmené à la réunion du Rotary avec son patron pour qu’il n’aboie pas.

Cette mise en accusation concerne Méziane Belkacem pour avoir avec préméditation, volontairement donné la mort à Bernadette Bissonnet.
Jean-Michel Bissonnet pour être complice du crime d’homicide volontaire avec préméditation, en provoquant cette action par promesses, en donnant à l’auteur des instructions pour la commettre, en montant le scénario précis du crime en fournissant l’arme, en montrant la manipulation de l’arme.
Et enfin Amaury d’Harcourt pour avoir été complice du crime d’homicide volontaire avec préméditation,en aidant l’auteur, en montrant comment manipuler l’arme, en désignant la partie du corps où il fallait tirer et en faisant disparaître l’arme après les faits.



 15 h 30 Suspension de séance. Dans le couloir maître Phung qui représente le frère de la victime et sa belle-soeur note que la partie civile de Bissonnet n’est qu’une partie civile de posture et donc une imposture.

De son côté Maître Vérine le défenseur de Bissonnet parle de son client comme d’un homme ombatif. "C’est un homme présumé innocent dont on a assassiné la femme, il se constitue partie civile : cela n’a rien d’anormal.
Pourquoi si tard ? Je ne peux pas répondre. Je ne suis avocat que depuis 3 mois. Bissonnet est-il plus serein ? Comment être serein lorsqu’on est accusé à tort du meurtre de sa femme et qu’on est en rison depuis 3 ans
Il va se défendre pour faire reconnaître son innocence
15 h 25 Et internet ?

Le nouvel avocat de Jean-Michel Bissonnet pose la question de l’interdiction de suivre les débats faites aux témoins avant leur déposition. Et quid d’internet et des comptes rendus d’audience accessibles via un i phone ? Dans la salle où les témoins attendent ? le président propose que l’on interdise la consultation de smart phone dans la salle d’attente réservée aux témoins.

15 h 23 Chaque témoin a été convoqué. 
Ils seront 18 experts et 79 témoins à se suucéder à la barre. Présent Laurent Fissot, ancien détenu, c’est lui qui a fait parvenir au SRPJ de Montpellier la quinzaine de feuillets qui décrivent ce que l’auteur du faux témoignage 


14 h 53 : Nouvelle place pour d’Harcourt.
Méziane Belkacem le jardinier et son ancien patron Bissonnet n’ont pas échangé un seul regard durant l’audience. Ils sont côte à côte dans le box des accusés comme au mois de septembre. En revanche, le vicomte d’Harcourt a changé de place. Il est assis dos aux accusés. Il a conservé son fauteuil mais ne veint plus les deux autres accusés. 

 14 h 46 Appel des témoins et précision de l’heure de leur convocation devant le tribunal

14 h 40 : Une fois le jury constitué, les débats sont ouverts.
En plus des enfants, un neveu et une nièce de la victime ont décidé de se porter parties civiles, représentés par maître Phung.
Maître Védrine se porte partie civile au nom de Jean-Michel Bissonnet mais indique qu’il ne posera pas de questions aux témoins en tant que partie civile. 

14 h 35 : 9 jurés ont été choisis sans récusation, on en vient aux 4 jurés supplémentaires désignés à cause de la longueur du procès. Parmi eux sept femmes ; Les jurés prêtent serment.

14 h 28 Chacun des conseils est tiré au sort.Les avocats de D’Harcourt et Belkacem auront droit à deux récusations, Jean-Michel Bissonnet ne bénéficiera d’une seule. Le père de la victime n’est pas présent à l’audience. Il se dit qu’il pourrait ne pas venir témoigner comme il l’avait fait en septembre 2010.
 14 h 22 Appel des jurés.

 14 h 20 Entrée des deux détenus Jean-Michel Bissonnet et Méziane Belkacem qui déclinent leur identité, tout comme Amaury d’Harcourt.
Le vicomte indique qu’il a du mal à entendre.

14 h 13 Amaury d’Harcourt a pris place dans son fauteuil qui est placé cette fois-ci du même côté que le box des accusés. La presse audiovisuelle entre pour quelques prises de vues avant l’entrée des deux détenus.
 14 h 00 : La première étape concerne la désignation des jurés. 9 seront retenus parmi les 40 qui ont été convoqués aujourd’hui. La défense a le droit d’en révoquer 5 et le parquet 4.
Les deux détenus Jean-Michel Bissonnet et Méziane Belkacem ont refusé cette fois-ci de se laisser filmer dans le box des accusés. Les caméras qui vont entrer n’ont le droit qu’à quelques images au moment de l’entrée de la cour.



 13 h 50 Les jurés sont entrés dans la salle d’audience ainsi que les avocats des trois accusés et des parties civiles. La foule est au rendez-vous et une seconde salle est ouverte pour permettre au public d’asssiter à la retransmission de l’audience. Quelques 50 journées
_________________
Résistez ! (Marie Durand, Aigues Mortes, la Tour de Constance)
La Justice existe, ne vous laissez pas briser par ses errements


Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau Index du Forum -> Le Procès Janvier 2011 -> Revue de presse janvier 2011 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
affiance theme by sparsely
Traduction par : phpBB-fr.com