Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau Index du Forum
Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau :: 2011-01-11 - MidiLibre : Bissonnet contre d'Harcourt : premiers rounds à l'audience
Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau
Ce forum a été fermé le 9 septembre à la demande des enfants de Jean-Michel Bissonnet - vous pouvez néanmoins continuer à vous inscrire
 
 FAQ  Rechercher  Groupes  Membres  Profil  Se connecter pour vérifier ses messages privés  S’enregistrer  Connexion
2011-01-11 - MidiLibre : Bissonnet contre d'Harcourt : premiers rounds à l'audience

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau Index du Forum -> Le Procès Janvier 2011 -> Revue de presse janvier 2011
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
JFD
Lecture

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juin 2009
Messages: 403
Localisation: Région de Grenoble

MessagePosté le: Mar 11 Jan - 17:33 (2011)    Sujet du message: 2011-01-11 - MidiLibre : Bissonnet contre d'Harcourt : premiers rounds à l'audience Répondre en citant

http://www.midilibre.com/articles/2011/01/11/UNES-Bissonnet-contre-d-39-Har…

Édition du mardi 11 janvier 2011


DR


Bissonnet contre d'Harcourt : premiers rounds à l'audience



RAPPEL   Bissonnet contre d'Harcourt.   Dès son ouverture hier après-midi devant la cour d'assises de l'Hérault, le deuxième round du procès Bissonnet donne le ton. Certes, l'ambiance paraît moins électrique qu'en septembre dernier.

A côté de Meziane Belkacem, toujours plus massif, Jean-Michel Bissonnet, en veste bleue et sans cravate, apparaît calme et moins théâtral. Tout juste réagit-il à la lecture de l'acte d'accusation décrivant les circonstances dans lesquelles son épouse Bernadette a été retrouvée tuée à coups de fusil, le 11 mars 2008, dans leur villa de Castelnau-le-Lez. A peine lève-t-il les yeux au ciel, lorsqu'on évoque ses confidences sur l'absence de relations sexuelles au sein du couple. Mais il soupire quand on rappelle les aveux passés par son vieil ami Amaury

d'Harcourt, qui l'a désigné comme le commanditaire du crime.

C'est bien le vicomte qui semble la cible principale des nouveaux avocats de l'homme d'affaires montpelliérain. Lorsque Me Balling, défenseur de l'octogénaire, indique que sa fille,   « la princesse Diane d'Haremberg »,   ne pourra venir témoigner, en raison   « d'un état psychologique extrêmement fragile », la réplique est immédiate. Me Henri Leclerc au président : « Vous allez avoir à expliquer à messieurs les jurés que ce n'est pas Mme d'Harcourt, princesse de je ne sais quoi, qui mène les débats. » Me Frédéric Vérine embraye : « Qu'on aille la faire quérir par la force publique ! »

Le président Mocaer temporise, ordonne une expertise, « avant de déployer l'artillerie lourde ». Autre escarmouche, quand Me Leclerc remet officiellement à la cour l'interview d'Amaury d'Harcourt parue le matin dans Midi Libre
. « Ces déclarations créent un déséquilibre encore plus grand entre les parties. Le hasard fait que le directeur de la maison d'arrêt a signifié ce matin à Jean-Michel Bissonnet qu'il a interdiction de faire toute déclaration à la presse en dehors d'une autorisation de la Chancellerie. »

L'accusé demande la parole :   « Je sais que mes avocats ne le veulent pas, mais il y a des écoutes téléphoniques très importantes entre les d'Harcourt et Me Balling. »   Mais peut-on verser ces pièces, strictement couvertes par le secret professionnel, au dossier de la procédure ? « La vérité doit éclater quoi qu'il en coûte », lance Me Chalié, partie civile pour les enfants et le père de Bernadette.

L'avocat général Guttierez rappelle la loi, qui punit d'un an de prison et de 15 000 d'amende une telle divulgation. Me Balling virevolte : « Je n'ai rien à cacher, et si je pouvais me défaire de ce secret, je le ferais. Mais je ne voudrais pas que cette impossibilité d'entendre ces écoutes serve à M. Bissonnet pour accuser Amaury d'Harcourt. »

Même crainte pour Me Iris Christol, qui défend Meziane Belkacem :   « Je regrette qu'on fasse croire à ce jury que dans ces écoutes téléphoniques se cachent d'énormes mystères et qu'on y trouverait la clé de ce procès. »  

Me Henri Leclerc abat ses cartes :   « Ces écoutes sont connues de Jean-Michel Bissonnet, et personne ne pourra lui couper la parole : je ne peux plus lui fermer les oreilles. Mais ce qui est inadmissible dans cette affaire, c'est que les gendarmes procèdent à l'écoute d'une conversation entre un avocat et son client. Nous commençons ce procès, et nous pouvons déjà constater que des choses anormales ont été faites dans cette enquête. »  

Le président clôt le débat sur les écoutes :   « Je ne serai pas celui qui décidera de violer le secret professionnel. »   Reprise de l'audience, ce matin à 9 heures.  
François BARRÈRE


 

_________________
Résistez ! (Marie Durand, Aigues Mortes, la Tour de Constance)
La Justice existe, ne vous laissez pas briser par ses errements


Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau Index du Forum -> Le Procès Janvier 2011 -> Revue de presse janvier 2011 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
affiance theme by sparsely
Traduction par : phpBB-fr.com