Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau Index du Forum
Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau :: 2011-01-12 - AP NouvelObs : Procès Bissonnet: le jardinier assure avoir tué l'épouse à la demande du mari
Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau
Ce forum a été fermé le 9 septembre à la demande des enfants de Jean-Michel Bissonnet - vous pouvez néanmoins continuer à vous inscrire
 
 FAQ  Rechercher  Groupes  Membres  Profil  Se connecter pour vérifier ses messages privés  S’enregistrer  Connexion
2011-01-12 - AP NouvelObs : Procès Bissonnet: le jardinier assure avoir tué l'épouse à la demande du mari

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau Index du Forum -> Le Procès Janvier 2011 -> Revue de presse janvier 2011
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
JFD
Lecture

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juin 2009
Messages: 403
Localisation: Région de Grenoble

MessagePosté le: Jeu 13 Jan - 13:14 (2011)    Sujet du message: 2011-01-12 - AP NouvelObs : Procès Bissonnet: le jardinier assure avoir tué l'épouse à la demande du mari Répondre en citant

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/societe/20110112.FAP3578/proces-bi…

12/01/11 19:34

Procès Bissonnet: le jardinier assure avoir tué l'épouse à la demande du mari
MONTPELLIER (AP) — L'un des deux co-accusés de Jean-Michel Bissonnet, son ancien jardinier Meziane Belkacem, l'a accusé de nouveau mercredi devant la cour d'assises de l'Hérault de lui avoir demandé de tuer son épouse Bernadette, morte dans la soirée du 11 mars 2008 dans leur maison de Castelnau-le-Lez.
Employé épisodiquement comme laveur de carreaux et comme jardinier, cet Algérien de 51 ans a expliqué comment l'homme d'affaires de 63 ans lui avait parlé au début d'un client embêtant à éliminer. "A chaque fois que j'allais chez lui, il me parlait de ça", a raconté Meziane Belkacem. "J'ai fini par accepter et il m'a dit: 't'inquiète pas, c'est pas quelqu'un d'important, c'est pas Georges Frêche'" (le président de région de l'époque).
Logé dans un hôtel, séparé de sa famille, Meziane Belkacem dit avoir agi contre une promesse de 30.000 euros et d'un futur emploi "dans un château". Il a aussi admis avoir de l'admiration pour cet homme ayant réussi, "son sauveur", "son idole" qui l'écoutait avec bienveillance et prenait le café avec lui.
Dans la journée du 11 mars, Jean-Michel Bissonnet lui aurait désigné la personne à abattre: sa femme. "Il disait qu'ils n'avaient plus de relations, qu'elle ne s'occupait plus de lui, qu'elle ne le câlinait plus", a poursuivi l'accusé. "Il n'avait pas envie de divorcer, il n'avait pas envie de perdre sa maison ".
L'homme d'affaires lui aurait alors détaillé le "plan" minutieux visant à éliminer son épouse, une pharmacienne à la retraite de 57 ans, la mère de ses deux enfants. L'employé devait récupérer un fusil de chasse dans la superbe propriété des Bissonnet, située sur les hauteurs de Montpellier, et faire croire à Bernadette Bissonnet, seule en début de soirée, qu'il avait oublié son téléphone dans leur maison.
Toujours selon lui, après avoir tué la quinquagénaire, Meziane Belkacem devait voler son 4X4 et remettre ensuite l'arme du crime au vicomte Amaury d'Harcourt, ami de Jean-Michel Bissonnet, également jugé devant les assises. Dans l'après-midi précédant le meurtre, le trio aurait effectué une répétition générale dans le garage du commanditaire présumé. "Jean-Michel Bissonnet faisait la victime, moi le tireur et Amaury d'Harcourt l'instructeur", a raconté Meziane Belkacem. "Il m'a dit qu'il fallait tirer à moins d'un mètre sinon elle ne serait que blessée".
Jean-Michel Bissonnet étant parti au Rotary Club avec son chien, Meziane Belkacem a expliqué comment ce soir-là vers 21h il avait fait feu à deux reprises sur Bernadette Bissonnet. "Elle était face à moi, je lui ai tiré dessus, elle criait 'maman', elle se défendait avec les bras", a-t-il raconté.
Affolé, Meziane Belkacem se blesse et s'enfuit en laissant du sang et un bout d'ongle sur la scène de crime. Des indices qui conduisent les gendarmes à le placer en garde à vue neuf jours plus tard. Il avouera alors.
Lors de l'audience, le jardinier a nié à plusieurs reprises connaître Amaury d'Harcourt avant le jour du crime et l'avoir contacté ensuite. La défense de Jean-Michel Bissonnet considère au contraire que le noble désargenté serait le véritable commanditaire de cet assassinat qui lui aurait permis de mettre le grappin sur son riche ami.
Me Raphaëlle Chalié, l'avocate des enfants de Jean-Michel Bissonnet, convaincus de l'innocence de leur père, et Me Henri Leclerc, l'un des avocats de l'ancien homme d'affaires, ont mis en exergue ses déclarations à géométrie variable, parfois contradictoires. Souvent confus, Meziane Belkacem a reconnu avoir parfois menti sur des détails, mais il a aussi affirmé assumer ses responsabilités. Il a dit également regretter son geste. "Elle ne m'avait jamais rien fait", a-t-il lâché, "je me demande encore comment j'ai pu faire cela". AP
_________________
Résistez ! (Marie Durand, Aigues Mortes, la Tour de Constance)
La Justice existe, ne vous laissez pas briser par ses errements


Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau Index du Forum -> Le Procès Janvier 2011 -> Revue de presse janvier 2011 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
affiance theme by sparsely
Traduction par : phpBB-fr.com