Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau Index du Forum
Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau :: 2011-01-25 - LeMonde : Affaire Bissonnet, malaise et enlisement
Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau
Ce forum a été fermé le 9 septembre à la demande des enfants de Jean-Michel Bissonnet - vous pouvez néanmoins continuer à vous inscrire
 
 FAQ  Rechercher  Groupes  Membres  Profil  Se connecter pour vérifier ses messages privés  S’enregistrer  Connexion
2011-01-25 - LeMonde : Affaire Bissonnet, malaise et enlisement

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau Index du Forum -> Le Procès Janvier 2011 -> Revue de presse janvier 2011
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
JFD
Lecture

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juin 2009
Messages: 403
Localisation: Région de Grenoble

MessagePosté le: Jeu 27 Jan - 09:04 (2011)    Sujet du message: 2011-01-25 - LeMonde : Affaire Bissonnet, malaise et enlisement Répondre en citant

http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/2011/01/25/affaire-bissonnet-malaise-e…

25 janvier 2011
Affaire Bissonnet, malaise et enlisement
par Pascale Robert-Diard, chroniqueuse judiciaire au Monde

Entré dans sa troisième semaine de débats, le procès de l’affaire Bissonnet donne un sentiment de malaise. D’un côté, deux accusés, l’aide-ménager Meziane Belkacem et le vicomte Amaury d’Harcourt qui, depuis qu’ils ont confirmé l’un et l’autre leurs aveux, assistent presque en spectateurs à l’audience. Le premier a reconnu être l’auteur de l’assassinat, le second en être le complice. Leur sort judiciaire est scellé, l’un et l’autre encourent la peine de réclusion criminelle à perpétuité.
De l’autre côté, il y a Jean-Michel Bissonnet, qui nie toute participation et se bat contre les déclarations convergentes de ses deux co-accusés qui l’accablent. Il y a aussi deux fils, partie civile, Florent et Marc, qui veulent croire à l’innocence de leur père dans l’assassinat de leur mère et qui s’accrochent avec l’énergie du désespoir à toutes les pistes, même les plus improbables, susceptibles de faire vaciller l’accusation.
Car pour convaincre la cour et les jurés de l’innocence de Jean-Michel Bissonnet, il faut bien opposer un autre scénario à celui décrit par Meziane Belkacem et Amaury d’Harcourt. Jean-Michel Bissonnet en avait proposé un lundi 17 janvier:
- Vous avez un homme qui a besoin d’argent et qui n’aime pas ma femme (Amaury d’Harcourt), vous en avez un autre qui est corvéable et qui a besoin d’argent (Meziane Belkacem). Eh bien, on peut s’entendre!
Avec son sens totalement décalé de la répartie, Jean-Michel Bissonnet avait ajouté:
- Je n’entre pas dans les détails. Je les garde pour la bonne bouche..
Mais plus l’audience avance, plus sa défense bute sur une enquête et sur une instruction qui ont déjà fermé bien des portes. Dont une, essentielle: pas un élément n’est susceptible d’accréditer la thèse selon laquelle Amaury d’Harcourt et Meziane Belkacem se connaissaient avant le 11 mars, jour de l’assassinat.
L’examen méthodique de leurs relevés téléphoniques ne révèle aucune trace d’appel entre les deux hommes avant le crime. Les bornes activées par leurs portables le jour du crime montrent qu’ils ne sont pas trouvés à proximité l’un de l’autre en dehors du moment où ils étaient dans la villa de Jean-Michel Bissonnet et en présence de celui-ci.
Mardi 25 janvier, au terme d’une audience qui s’était une nouvelle fois enlisée dans l’accessoire et après avoir accédé aux demandes des parties sur la diffusion de fastidieuses écoutes téléphoniques - qui n’ont pas fait progresser d’un iota les débats - le président Mocaer s’est tourné vers Jean-Michel Bissonnet:
- M. Bissonnet, les débats vont bientôt se terminer. Vous nous avez dit l’autre jour que vous aviez des explications à tout ce qui s’est passé le 11 mars 2008 et que vous les gardiez “pour la bonne bouche”. Il est peut-être temps de nous les donner.
Jean-Michel Bissonnet se lève et agrippe le micro:
- Mes certitudes, je les garde pour mes avocats. Je ne tiens pas à donner des tuyaux à mes adversaires.
Me Henri Leclerc intervient aussitôt pour éviter que son client ne dérape.
- Il n’a pas à dire ses hypothèses. C’est un principe essentiel des droits de la défense que de s’exprimer en dernier.
Me Gérard Cristol, l’avocat de Meziane Belkacem prend à son tour la parole. Il tonne.
- Une femme a été tuée dans les conditions que l’on sait. Une famille est détruite. Des enfants ne sachant pas ce qui s’est passé et ce qu’ils doivent croire sont carbonisés à vie. Mon client a avoué être l’assassin. Et vous, M. Bissonnet, à ce stade des débats, vous qui êtes accusé d’avoir commandité ce meurtre, vous nous dîtes: je vous donnerai mes arguments à la fin quand j’aurais entendu les vôtres!
Mais où est la vérité, M. Bissonnet? Est-ce qu’il ne pourrait pas y avoir autre chose que du calcul dans vos réponses?
Jean-Michel Bissonnet explose:
- Je suis présumé innocent. J’en ai marre qu’on m’accuse, marre! Alors oui, j’ai un avis. 
Et cet avis, il le donne, ou plutôt, il le crie:
- Meziane Belkacem n’est pas coupable!
Dans la salle, c’est l’accablement.
Me Balling, l’avocat d’Amaury d’Harcourt, ironise:
- Mon client pourrait-il également être innocenté par Jean-Michel Bissonnet? Dans ce cas, il faudrait que je le sache, avant de plaider!
Les avocats s’écharpent, le président intervient et suspend l’audience jusqu’à demain matin.
La veille, la cour avait entendu Jean-Pierre Juan, le frère de Bernadette Bissonnet, lancer un appel à Jean-Michel Bissonnet et à la cour.
- Nous avons besoin de votre aide. Nous sommes ici pour défendre le droit à la vie. La cour le fait très bien. Mais elle a une deuxième mission: la réconciliation. Nous sommes divisés. Cela me peine énormément. J’aimerais trouver un moyen de réparer. Je ressens la douleur immense de Marc et de Florent. Je les sens enfermés, emprisonnés dans un tombeau avec leur père. Il n’a pas le droit de les enfermer et il est le seul à pouvoir les en sortir. Il n’y a pas de clan Belkacem ou de clan d’Harcourt, il n’y a qu’une seule vérité dans cette affaire. Je demande que Jean-Michel Bissonnet arrive à libérer ses enfants. Qu’il rejoigne le camp des hommes et qu’il avoue. C’est simple. Et il ne perdra pas l’amour de ses enfants.
_________________
Résistez ! (Marie Durand, Aigues Mortes, la Tour de Constance)
La Justice existe, ne vous laissez pas briser par ses errements


Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau Index du Forum -> Le Procès Janvier 2011 -> Revue de presse janvier 2011 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
affiance theme by sparsely
Traduction par : phpBB-fr.com