Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau Index du Forum
Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau :: 99 11-02-10 - France3 : Audience n°23 - jeudi
Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau
Ce forum a été fermé le 9 septembre à la demande des enfants de Jean-Michel Bissonnet - vous pouvez néanmoins continuer à vous inscrire
 
 FAQ  Rechercher  Groupes  Membres  Profil  Se connecter pour vérifier ses messages privés  S’enregistrer  Connexion
99 11-02-10 - France3 : Audience n°23 - jeudi

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau Index du Forum -> Le Procès Janvier 2011 -> Revue de presse janvier 2011
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
JFD
Lecture

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juin 2009
Messages: 403
Localisation: Région de Grenoble

MessagePosté le: Jeu 10 Fév - 15:33 (2011)    Sujet du message: 99 11-02-10 - France3 : Audience n°23 - jeudi Répondre en citant

http://languedoc-roussillon.france3.fr/proces-bissonnet/index.php?page=arti…

La fin du procès. La plaidoirie de Me Leclerc.
Me Leclerc plaide. Bissonnet a refusé de venir. La salle est comble."Je le défendrai même contre lui-même."dit l’avocat. Il refuse la vérité de Belkacem. Il ne propose pourtant pas de scénario de remplacement aux jurés et s’en remet à leur raison. Bissonnet est revenu quelques secondes en toute fin, pour parler une dernière fois et dire qu’il est innocent. Les deux autres accusés ont redit leurs regrets. La Cour s"est retirée pour délibérer depuis 11h 30. Elle doit répondre à 8 questions. Compte rendu de Laurence Creusot.

C’est maintenant le moment du verdict. Les jurés ont condamné à l’unanimité Bissonnet à 30 ans de réclusion criminelle. Il s’effondre littéralement dans le box à l’annonce du verdict. Belkacem est condamné à 20 ans, Amaury d’Harcourt à 8 ans. Les trois accusés étaient placés dans le box pour l’énoncé du verdict. C’était la première fois. Me Leclerc a plaidé ce matin. Bissonnet a refusé de venir. La salle est comble."Je le défendrai même contre lui-même."dit l’avocat. Il refuse la vérité de Belkacem. Il ne propose pourtant pas de scénario de remplacement aux jurés et s’en remet à leur raison. Bissonnet est revenu quelques secondes en toute fin, pour parler une dernière fois et dire qu’il est innocent. Les deux autres accusés ont redit leurs regrets. La Cour s"est retirée pour délibérer depuis 11h 30. Elle doit répondre à 8 questions. Compte rendu de Laurence Creusot.

 16 h 00 la salle s’ouvre
La presse s’installe de nouveau dans la salle d’audience. Les avocats reprennent leur place. Dehors un dispositif de policiers en civil a été installé.
16 h 10 En attendant le verdict, les jurés délibérent maintenant depuis 3 heures sans compter la pause du déjeuner. 
Ils sont 9 à voter, les jurés supplémentaires sont restés dans une salle annexe.
La réponse aux huit questions est posée aux jurés et aux trois magistrats : le président et ses deux assesseurs.
Première question : Belkacem a-t-il tué ?
Deuxième : A-t-il tué avec préméditation ?
Troisième : Bissonnet a-t-il commandité l’assassinat ?

Quatrième : A-t-il promis de l’argent pour l’éxécution ?
Cinquième : a-t-il aidé à la préparation du crime en fournissant l’arme, en en montrant le maniement ?
Sixième : D’Harcourt est -il complice ?
Septième : N’a-t-il pas dénoncé le crime ?

Huitième : A-t-il fait disparaître des preuves ?
Ces deux dernières questions sont subsidiaires par rapport à la sixième et elles sont seulement susceptibles de correspondre à une peine de 5 ans de prison. elles n’interviennent que si il est répondu non à la sixième question.

 16 H 17 les avocats de Bissonnet viennent du couloir du box. Bissonnet peut encore refuser d’assister au verdict.
16 h 20 Marc Bissonnet le fils cadet entre accompagnée de sa compagne, il prend place au premier rang. Florent arrive ensuite avec sa compagne et s’assoit lui aussi au premier rang comme tout au long de ces 5 semaines de procès.
Le père de Méziane Belkacem est assis lui aussi au premier rang au devant de la rangée la plus proche du box.
On attend qu’Amaury d’Harcourt arrive par la porte de côté et aille s’asseoir dans son fauteuil devant le box, signe que la cour va rentrer.
16 h 35 Jean-pierre Juan le frère de Bernadette est assis au second rang derrière les enfants Bissonnet et leurs compagnes.
Me Chalié se tient debout en face de Marc visiblement émue.

Il règne un silence pesant.
16 h 40 la Cour entre. les trois accusés sont dans le box. Tous les trois pour la première fois

Première question : Belkacem a-t-il tué ? Oui à 8 voix de majorité au moins

Deuxième : a-t-il tué avec préméditation ?Oui à 8 voix de majorité au moins
Troisième : Bissonnet a-t-il commandité l’assassinat , Oui à 8 voix de majorité au moins
Quatrième : A -t-il promis de l’argent pour l’éxécution ?Oui à 8 voix de majorité au moins
Cinquuième : a-t-il ai dé à la préparation du crime en fournissant l’arme, en en montrant le maniement ? Oui à 8 voix de majorité au moins
Sixième : D’Harcourt est -il complice ? Oui à 8 voix de majorité au moins
D’ Harcourt est condamné à 8 ans de prison à l’unanimité, Belkacem à 20 ans à l’unanimité et Bissonnet à 30 ans à l’unanimité des voix du jury.

A l’annonce de sa peine Bissonnet s’effondre littéralement dans le box, tombe de tout son long dans un bruit sourd. Il perd connaissance. Les forces de l’ordre l’aident à se relever.
Dans la salle une personne a crié un oh de surprise. C’est tout.

Ses enfants ne bougent pas.Ils restent particulièrement dignes.

Bissonnet crie plus loin dans le couloir : "Justice de merde" La salle est silencieuse.
ll est demandé à chacun de sortir pour laisser la famille tranquille. 
Dans la salle des pas perdus les membres du comité de soutien sont effondrés. l’un d’eux explique aux journalistes que "Bissonnet a été broyé par la machine judiciaire".

17 h 20 Il est de nouveau possible d’entrer dans la salle d’audience pour assister à l’audience civile.
La famille Bissonnet est toujours assise, silencieuse. l’avocate des fils Bissonnet explique qu’elle ne fera aucune déclaration.
17 h 31 La Cour entre de nouveau
Deux accusés sont le box d’harcourt et Belkacem. Bissonnet est absent.
Les avocats de Bissonnet demandent au président s’ils peuvent représenter leur client ; le président accepte.
Les parties civiles Jean-Pierre Juan et les enfants Bissonnet demandent chacune, un euro symbolique pour le préjudice causé. Les avocats de Jean-Michel Bissonnet font de même à l’encontre de d’Harcourt et Belkacem toujours pour un euro.
18 h 07 La réaction de Florent Bissonnet
Le fils aîné sort devant les caméras et fait une courte déclaration une seule.
"On va continuer à aider papa. " Il demande que la presse les laisse tranquilles son frère et lui et qu’on ne leur court pas après.
On apprend dans le même temps que Bissonnet a décidé de faire appel. un appel déjà envisagé par le calendrier judiciaire au mois de décembre. Forcément ailleurs. Peut-être à Perpignan. 



9 h 20 Bissonnet refuse de comparaître
9 h 30 La plaidoirie de Me leclerc
Me Leclerc exprime sa fierté de défendre Bissonnet. " Ce n’est pas parce que tout homme a droit à une défense. Je veux le défendre contre ceux qui veulent en faire un rebut de l’humanité, un monstre. Je le défendrais même contre lui-même"
L’avocat est envahi par l’émotion quand il parle des fils. "Florent, Marc, vous êtes les représentants les plus bouleversants de l’humanité" Sa voix se brise.
Il leur parle de leur mère qui n’est pas cette femme revêche décrite par certains mais une femme belle, sportive, aimante. Sa lumière est présente sur le procès, selon lui.
Il en vient au frère de Bernadette, Jean-Pierre Juan, partie civile respectable mais témoin contestable. Il rend hommage à ses confrères balling avec son élégance, Iris Christol avec tant d’émotion. Hommage appuyé à Me Christol auteur magnifique qu’il va contredire.
Puis il attaque Pierre Denier l’avocat général. "l’avocat qui se lève est libre, je ne vous tromperais pas messieurs et mesdames les jurés, croyez-moi" s’exclame Me Leclerc.

"Je vais essayer de coller à la réalité".
"La salle est comble, on m’attend comme le matador Je déteste ça. Une seule chose compte vous allez juger un de nos frères humains."
"Je veux bien bafouiller, ne plus trouver les mots pour le défendre crie Me Leclerc
9h34 L’intime conviction

"L’intime conviction ce n’est pas une impression" prévient l’avocat.
Il fait référence à l’article de 1790, ce n’est pas une question de coeur, de sentiment mais sur la raison.
"C’est sa personnalité le mobile, il est coupable à la tête ?" Me leclerc précise que les innocents se défendent toujours mal
"Bissonnet n’est pas sympathique. Ses pleurs, ses gémissements sont insupportables mais cela n’en fait pas un coupable"
Oubliez qu’il n’est pas venu ici, jugez le comme s’il était venu (à la barre) demande l’avocat
9 h 44 La vérité du jardinier
Qu’avons-nous ?
Nous avons la vérité du jardinier. Vérité vraie, vérité judiciaire ?

"L’accusation repose sur des accusations croisées de d’Harcourt et Belkacem".
Me Leclerc revient sur la plaidoirie bouleversante d’Iris Christol, les moments terribles en Algérie. Mais sa défense c’est Jean-michel Bissonet
Même défense pour Balling et d’Harcourt . On se défend en accusant.
Pour Me Leclerc tout tient sur des détails. "Et cet homme pervers, narcissique,diabolique, Me Leclerc mime les plaidoiries précédentes, cet homme n’est plus un homme c’est le diable !"
Me Leclerc rejette aussi l’image du petit Bissonnet devant la grande Bernadette décrits par le talentueux me Christol.
 Me Leclerc rassure son auditoire, il ne plaidera pas 3 h 30.

9h54 Retour sur les faits
"Les faits sont têtus disait l’avocat général et Lénine, moi je me contente des fadets (relevés téléphoniques).", ironise le défenseur de Bissonnet.

Me Leclerc fait référence aux coups de téléphone. Le 29 février, le 2 mars. pour lui son client s’est trompé. il n’y a pas de preuve de mise en place d’un plan diabolique. Il revient sur le coup de fil du téléphone du 9 mars, depuis le restaurant à Amaury d’Harcourt.C’est le vicomte qui appelle et non Bissonnet.
"Le numéro de Belkacem, il l’a effacé pour de mauvaises raisons c’est vrai". Mais selon me leclerc les gendarmes se sont trompés. il se demande pourquoi le 13 mars ils n’ont pas insisté pour l’obtenir alors que Bissonnet 

Me Leclerc regrette que la loi qui oblige l’enregistrement des gardes à vue n’était pas encore en vigueur quand Belkacem était interrogé. Selon lui les choses seraient différentes"Si on a changé la loi c’est bien qu’une question se posait". Il juge notre législation moyenâgeuse et cite plusieurs exemples de procès verbaux incomplets ou faux. il cite notamment l’affaire Viguier. 
Il cite la déclaration de Belkacem qui dit être resté sur la marche de l’escalier quand il tire la seconde fois : " Si les gendarmes l’ont dit, c’est que ce doit être vrai". C’est ça qui ne va pas dit Leclerc.
Belkacem est intelligent
"J’en ai assez que l’on dise le pauvre Méziane, le pauvre Arabe !" dit avec force Me Leclerc. Pour l’avocat, Belkacem a pu mentir sciemment. Il ne dit pas un mot de d’Harcourt. Et affirme qu’il a emballé l’ arme dans une veste qu’il laisse dans la voiture.
 Pit le chien. Le chien a l’habitude de monter dans la voiture. L’avocat ne croit pas que Bissonnet en a parlé à Belkacem.
Les rapports des psychiatres concernant Belkacem.Me Leclerc laisse de côté les psychologues. Pour lui, Belkacem n’est pas débile et est capable de dire non. 

 10 h 42 Merci M. D’Harcourt !
"Merci M. D’Harcourt ! "s’écrie l’avocat en expliquant que le vicomte a commencé à nous dire la vérité. Il laisse tomber ses origines et sa grande famille pour se concentrer sur son profil psychologique : normal.
"Il maintiendra ses premières déclarations pendant très longtemps. Notamment l’offre d’emploi à Belkacem dans l’Yonne.
"A 21 h 00 les 2 hommes sont là sur les lieux du crime", Me Leclerc fait allusion aux nouveaux aveux de d’Harcourt à la jeune gendarmette charmante, Mme Leclerc relève en clin d’oeil le plaideur. D’harcourt dit voir Belkacem quittait les lieux vers 21h00. L’avocat note que le vicomte, dans ses déclarations est capable de repérer un vieux fusil d’un coup d’oeil.

Me leclerc se demande pourquoi dès le 12 mars d’Harcourt n’est pas placé en garde à vue puisqu’il était sur le lieu du crime.
Plusieurs contradictions dans ses déclarations :"Il dit avoir démonté l’arme puis se rétracte, c’est Belkacem qui a démonté l’arme" ." Pauvre Monsieur d’Harcourt il est vieux, ne se souvient plus. Mais non !Il a 85 ans et je peux vous le dire pour l’avoir croiser le soir dans les rues de Montpellier, il est en pleine forme.
10 h 55 Me Leclerc perd ses feuilles
Pendant sa démonstration l’avocat perd le fil. Quelqu’un souffle "par terre". L’avocat plonge et retrouve une feuille tombée à terre.
Un peu avant, il caricature le test des cubes demandé par un expert psychologue et raconte que son petit-fils, sait très bien aligner des cubes. il n’a que 3 ans

"Ce que je relève, c’est que quand le jardinier parle, il y a des contradictions sur les gants et il met longtemps, des mois, à parler du garage."
Pour Me Leclerc la vérité est autre :" il s’est passé autre chose qu’on ne veut pas nous dire."
Il se demande où est passé la veste polaire ? Jamais retrouvée. Il met en doute le récit de la sortie de la voiture de la maison. Il revient sur la cartouche restée dans le canon et les réponses douteuses de Belkacem :"Je ne sais pas". Puis il affirme l’existence d’une troisième cartouche.
11H 00 Pas de scénario de remplacement.

" Je suis sommé de m’expliquer maintenant. Mais je n’en sais rien !!!!! "se lamente l’avocat.

Il se tourne vers Gérard Christol et décrit sa plaidoirie comme un beau roman ; " Nous étions tous suspendus à vos lèvres".
"Plus de romans ; plus de cauchemars" demande me Leclerc

 "La preuve ? ce sont les déclarations de Belkacem qui ment, puis les déclarations de celui qui se contredit." Me leclerc montre d’Harcourt.
"Je n’ai pas de scénario à vous proposer, je sais juste la colonne sur laquelle on repose est une colonne qui s’effondre"avoue le défenseur de Bissonnet

Vous croyez que je vais reprendre le scénario de mon client ? il ne le reprend pas. Ne va pas jusqu’à accuser d’harcourt d’avoir organisé le crime.

Me Leclerc juge l’accusation sablonneuse : il explique avoir relu les 3 h 30 des réquisitions de l’avocat général, sans trouver de preuves
Il s’adresse aux deux avocats généraux :"il vous a fallu 5 heures à vous deux pour faire tenir une accusation ?"
"Le meurtre de Bernadette, on ne peut l’imputer avec certitude. "
Me Leclerc regarde les jurés : " Vous avez la chose la plus difficile à faire, juger.""On a fait n’importe quoi dans ce dossier, il ne tient pas, il est sur du sable.""Je ne vous ai pas fourni assez d’arguments pour le remplacer." avoue-t-il.
Il parle maintenant de Bissonnet qui rejoint la longue liste de ceux qu’il a défendu. " J’ai toujours fait confiance aux juges. Je ne les ai jamais trompés."
La plaidoirie de Me Leclerc aura duré 2 h 45.


11h 18 Bissonnet revient.
Il a le visage gris, marqué. voilà trois jours qu’il n’assiste plus au procès après son coup d’éclat de mardi après-midi.

Le président donne la parole à d’Harcourt qui exprime des regrets."Je présente toutes mes excuses., il parle très bas, ses paroles sont quasi inaudibles, mon regret va à Bernadette, puis à Marc, Florent.
Belkacem dit qu’il ne voit pas ce qu’il peut ajouter."J’ai déjà tout dit. je ne vois pas ce que je peux dire à part les regrets et les excuses pour tous ceux qui sont là"

Bissonnet crie qu’il est innocent. Les regrets il ne les accepte pas.
"Je répète encore une fois, je suis innocent ; je suis écorché vif c’est pour cela que je ne supporte les mensonges qui ont été dits.

"Je n’aspire qu’à une chose, revoir mes enfants pour leur donner deux fois plus d’amour ; les regrets ne changeronts rien. Je ne les accepte pas".

11h 20 Le président relie les questions supplémentaires concernant d’Harcourt : non dénonciation de preuves et destruction de preuves.
Les débats sont terminés. Il demande instamment que d’Harcourt soit retenu à l’intérieur du palais de justice.
11h 25 Le président se retire avec les jurés pour délibérer.
_________________
Résistez ! (Marie Durand, Aigues Mortes, la Tour de Constance)
La Justice existe, ne vous laissez pas briser par ses errements


Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Affaire Bissonnet - Le mystérieux meurtre de Castelnau Index du Forum -> Le Procès Janvier 2011 -> Revue de presse janvier 2011 Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation

Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
affiance theme by sparsely
Traduction par : phpBB-fr.com